vendredi 17 novembre 2006

Les loisirs traditionnels gruissanais

Le gruissanais est un terroir riche en histoires et en traditions. De cet héritage multiple et varié, nous sont parvenus certains jeux et rites mettant en lumière toute l'authenticité de cette région. Celui que je vais vous présenter maintenant était autrefois réservé aux jeunes hommes en âge de procréer qui allaient symboliquement défier leurs congénères masculins. Ils se dressaient face à leurs homologues et, le torse bombé, éructaient des phrases aux vertus euphorisantes.
On retrouve encore traces de ce comportement dans des lieux aussi insolites que les centres commerciaux par exemple. Afin de ne pas attirer une foule trop importante de touristes, nous utiliserons des noms imaginaires afin de préserver toute l'originalité et la spontanéité de cette coutume.
L'action prend donc place au supermarché "Au près" de Gruissan:
Une voiture attend depuis quelques minutes qu'une place se libère (anciennement, les carrioles étaient majoritairement usitées). La place enfin libre, le véhicule entame sa manœuvre afin de se garer lorsque surgit un autre engin qui grille inopinément la politesse et s'en va occuper la place au détriment de la première voiture.

La source de conflit est créée, le rituel peut donc commencer.
Les occupant du véhicule lésé sortent prestement en vociférant des menaces du genre "Tu dégages", "Quel connard" ou encore "Ta voiture, tu la retrouves pas". Les mâles à l'origine de cette cérémonie doivent adopter un air de benêts (que certains qualifient même de "cons") et rétorquer que non, cela fait 5 minutes qu'ils attendent et qu’ils ne bougeront pas.


C’est à cette occasion que toute la verve imaginative des protagonistes se fait jour afin de trouver des représailles adaptées. Les idées fusent mais reviennent fréquemment autour des idées récurrentes du genre: "on pisse sur sa caisse", "on leurs chie sur le capot à ces cons" ou encore "bon demain, objectif performance, merde, du 6b quoi !".
Au bout de quelques minutes, les mâles finissent leurs parades et regagnent leur voiture afin de trouver une autre place.
Cela n'a duré que quelques minutes mais c'est toujours un moment de ravissement pour le quidam qui assiste fasciné et bien malgré lui à cet entrefait. Saluons encore une fois la richesse historique de la région gruissanaise et bravo les artistes…

3 commentaires:

JeyOz a dit…

Ils sont malades ces grimpeurs !

wikishe a dit…

Teuh teuh teuh!
Si je peux me permettre, tu oublies la suite : de jeunes Gruissanaises accortes, irrésistiblement attirées par la parade de ces moustachus impétueux, leur ont proposé de leur céder leur place à quelques mètres du lieu de l'esclandre. Et c'est là que le contact a été raté : on est partis à l'autre bout du parking...
Il ne restait plus qu'à se consoler à l'Anka, mais ceci est une autre histoire

Fredstache a dit…

Notez bien la tradition qui veut que les 2 acteurs assis sur la banquette ne doivent en aucun sortir :)